Résultats Triathlon de Paris 2011

Triathlon-de-Paris2-Avec le Britannique Alistair Brownlee (Sartrouville), champion du monde 2009 et actuellement le meilleur triathlète de la planète, et l’Australienne Emma Moffat (Charleville-Mézières), championne du monde 2009 et 2010, le Triathlon de Paris s’est offert deux prestigieux vainqueurs à l’occasion de la troisième étape du Grand Prix Lyonnaise des Eaux. Troisième, la Française Emmie Charayron, toute nouvelle championne d’Europe, monte sur le podium d’une épreuve accueillie pour la deuxième année au pied de la Tour Eiffel, au cœur de la capitale. Déjà vainqueur des deux premières étapes, Sartrouville remporte une fois encore le classement du Grand Prix devant les Sables Vendée et Poissy. Chez les femmes, première victoire pour les Ardennaises de Charleville qui devancent le TCG 79 Parthenay et Poissy.
Demain matin 8h00, place au grand public avec la course Open qui rassemblera 3100 concurrents sous le Pont Alexandre III.

Triathlon-de-Paris1-
« Le football est un sport qui se joue à onze contre onze et à la fin, ce sont les Allemands qui gagnent »
, a un jour déclaré le footballeur anglais Gary Lineker. Depuis quelques mois, il est devenu tentant de penser que le triathlon est un sport où l’on enchaîne natation, vélo et course à pied et qu’à la fin, ce sont les frères Brownlee qui gagnent. Une fois encore les deux frangins de la « Green Team » de Sartrouville ont largement dominé la course. Dans le groupe de tête à la sortie des 750m d’une natation disputée entre le Pont d’Iéna et le Pont Bir-Hakeim et dominée comme toujours par Karl Shaw (Saint-Raphaël Tri), puis constamment aux avant-postes du peloton sur les 20km de vélo effectués sur les quais, Alistair et Jonathan Brownlee ont ensuite réalisé une nouvelle démonstration sur les 5km pédestres courus au pied de la Tour Eiffel. Et c’est donc logiquement qu’Alistair, champion du monde 2009 et archi dominateur depuis le début de saison sur le circuit mondial, qui franchit en premier la ligne d’arrivée sur le Pont d’Iéna, suivi quelques mètres derrière par son jeune frère Jonathan, champion du monde U23 (Espoirs) l’an dernier. Dans la lutte pour la troisième place, Joao Silva et Joao Perreira, les deux Portugais des Sables Vendée Tri réussirent à fausser compagnie à leurs adversaires dans le dernier tour pour venir offrir la deuxième place du Grand Prix à leur club. 

Triathlon-de-Paris4« Quand je prends le départ d’une course, c’est toujours pour faire de mon mieux, rappelle Alistair Brownlee, loin d’être blasé. Gagner procure toujours un sentiment fantastique. Surtout quand c’est comme aujourd’hui au cœur de Paris, au pied de la Tour Eiffel. Je n’avais pourtant pas trop envie de venir courir. J’étais malade il y a quelques jours et je suis actuellement en préparation en altitude à Saint-Moritz, en Suisse. Mais le manager m’a appelé et m’a dit qu’il avait besoin de moi, alors je suis venu. » Manager de cette irrésistible équipe de Sartrouville, Denis Véron témoigne. « Alistair et Jonathan sont malades mais ils ont un réel esprit club. J’avais besoin d’eux alors ils ont interrompu leur préparation pour venir. Cette troisième victoire sur le Grand Prix était essentielle. Maintenant, avec dix points d’avance, il faudrait une catastrophe sur les deux dernières étapes (Tours, le 28 août et La Baule, les 17 et 18 septembre) pour que le titre nous échappe. » Un manager heureux aussi des autres membres de son équipe. « En l’absence de l’Espagnol Javier Gomez Noya (champion du monde 2010), Etienne Diemunsch et Mario Mola ont réalisé une magnifique course en entrant tous les deux dans le Top 10. »

Sixième et premier Français de la course, Grégory Rouault (Poissy) avait lui aussi de quoi se montrer satisfait. « Il m’a manqué un petit truc pour aller chercher les places 3 et 4 qui étaient accessibles, tempère-t-il. Je me suis entraîné pendant un mois chez moi sans voyager et forcément, ça paie. » 

Lancée à l’aube sous un magnifique arc-en-ciel, la course féminine a elle aussi consacré une grande dame de la discipline. Dans une course où tout s’est joué sur les 5km à pied (peloton groupé sans réelle attaque lors du vélo), l’Australienne Emma Moffat, championne du monde 2009 et 2010, a disposé au sprint de sa compatriote Emma Jackson (TCG 79 Parthenay). « Cette course avec la Tour Eiffel juste à côté, c’est incroyable, s’est réjouit Moffat, 26 ans. J’ai fait une bonne course avec de bonnes sensations. C’est très encourageant avant la course de du Championnat du monde à Londres, début août. »

Auteur d’une grosse accélération en fin de course, Emmie Charayron (Lagardère Paris Racing), sacrée championne d’Europe il y a deux semaines à Pontevedra (Espagne) et désormais parmi les meilleurs triathlètes mondiales, complète un prestigieux podium. « Après les Championnats d’Europe, j’ai coupé un peu l’entraînement, raconte la jeune femme de 21 ans. Paris était ma reprise. Ce ne fut pas une natation facile car le vent a provoqué des vagues. A vélo, j’ai pas mal roulé en essayant de répondre aux attaques. A pied, ça courait vraiment très vite. Et dans une période de reprise, ce n’est jamais facile de retrouver ses repères. Je suis arrivée fatiguée. Vendredi, j’ai pratiquement dormi toute la journée en me demandant comment j’allais faire pour courir… Alors je suis heureuse de ce résultat. Surtout en présence d’un tel plateau. Sur le podium, nous avons toutes les trois été championnes du monde dans une catégorie d’âge (Moffat championne du monde Elite 2009 et 2010 ; Charayron, championne du monde juniors 2009 ; Emma Jackson championne du monde U23 2010). Faire podium sur une manche du Grand Prix a donc une réelle signification. » Avec en plus le plaisir d’avoir évolué dans un cadre unique. « Ce Triathlon est grandiose, ajoute Charayron. Je mesure la chance qu’on a d’avoir une si belle capitale et de pouvoir y pratiquer le triathlon. Ça donne forcément envie pour les années à venir d’y voir une Coupe du Monde. Ça le mériterait largement.  » 

En attendant une telle perspective, les professionnels présents ce samedi laisseront la place dimanche ( 8 heures)  à 3000 triathlètes amateurs qui goûteront eux aussi à l’eau de la Seine (1600m entre le Pont Alexandre III et le Pont d’Iéna) avant d’enchaîner 40km de vélo sur les quais et dans le Bois de Boulogne, puis 10km à pied autour du Trocadéro et de la Tour Eiffel.


RÉSULTATS HOMMES

Clubs (sur les trois meilleurs par club)
1. EC Sartrouville, 9 pts
2. Les Sables Vendée Tri, 15
3. Poissy Tri, 60

Individuel
1. Alistair Brownlee (GBR, Sartrouville), 53’07’’
2. Jonathan Brownlee (GBR, Sartrouville), à 3’’
3. Joao Silva (POR, Les Sables Vendée Tri), à 16’’

Classement général GP Lyonnaise des Eaux (après 3 étapes sur 5)
1. EC Sartrouville, 60 pts
2. Les Sables Vendée Tri, 50
3. Poissy Tri, 48

RÉSULTATS FEMMES

Clubs (sur les trois meilleurs par club)
1. Charleville Tri Ardennes, 18 pts
2. TCG 79 Parthenay, 24
3. Poissy Tri, 30

Individuel
1. Emma Moffat (AUS, Charleville Tri Ardennes), 1h0’00’’
2. Emma Jackson (AUS, TCG 79 Parthenay), à 1’’
3. Emmie Charayron (FRA, Lagardère Paris Racing), à 15’’

Classement général GP Lyonnaise des Eaux (après 3 étapes sur 5)
1. Poissy Tri, 41 pts
2. Charleville Tri Ardennes, 37
3. TCG 79 Parthenay, 30

Tous les résultats du Triathlon de PARIS sur www.fftri.com