Lemaitre/Vicaut, duel au MEETING AREVA

Vicaut-LemaitreCrédit Photo: KMSP
A un peu plus de trois mois de l’évènement, un coin du voile a été levé ce jour sur le MEETING AREVA 2012, septième étape de la SAMSUNG Diamond League. Laurent Boquillet, le directeur de la réunion francilienne, a présenté l’affiche de la soirée et annoncé quelques-uns de ses temps forts. Une soirée idéalement placée, vendredi 6 juillet, une date a priori propice à la réalisation de grandes performances, puisque située un mois presque jour pour jour avant le début des épreuves d’athlétisme des Jeux de Londres. Un détail mais d'importance : c'est aussi la dernière occasion pour les français de réaliser les minima.

En dépit de l’absence très probable d’Usain Bolt, qui aura tout juste terminé les sélections jamaïquaines, le MEETING AREVA 2012 fera encore une fois la part belle au sprint. Mais sans négliger le demi-fond, où le 3000 m steeple masculin pourrait servir de sélections olympiques pour le Kenya, en présence du Français Mahiedine Mekhissi-Benabbad. Le 100 m masculin, où le champion du monde Yohan Blake a émis le souhait de s’aligner, présentera un duel inédit au Stade de France entre les Français Christophe Lemaitre et Jimmy Vicaut. Un face-à-face à grande vitesse dont les deux finalistes mondiaux en 2011 ont donné un aperçu verbal, ce mardi après-midi, en échangeant commentaires et perspectives dans les locaux du Stade de France. En voici quelques extraits.

Quel bilan tirez-vous de votre saison en salle ?
Christophe Lemaitre : "Je crois avoir progressé, notamment dans la gestuelle, mais ces progrès ne se sont pas traduits par des chronos sur la piste. J’ai peut-être payé en compétition le travail réalisé  l’entraînement. Malgré tout, je suis devenu champion de France du 60 m".

Jimmy Vicaut : "Honnêtement, je n’avais pas prévu de courir en salle cet hiver. Mon entraîneur (Guy Ontanon) m’a convaincu de le faire. J’espérais descendre sous les 6’’60 au 60 m. Je réalise 6’’53, meilleur chrono français de l’hiver. Je ne m’y attendais pas du tout".


Qu’attendez-vous du MEETING AREVA 2012 ?

Christophe Lemaitre : "Depuis deux ans, je viens à ce meeting pour réussir une grande performance, devant mon public. Je garde de mes deux premières expériences du Stade de France le souvenir très fort d’une ambiance et d’une atmosphère très particulières. J’y viendrai cette année avec la même philosophie".

Jimmy Vicaut : "Je suis surtout très heureux d’être enfin invité au Meeting. Je l’espérais depuis deux ans, mais je n’avais pas le niveau. J’en attends beaucoup, face à Christophe et aux autres. Je n’ai jamais couru au Stade de France, je suis impatient de découvrir l’ambiance".

Comment vivez-vous l’émulation actuelle dans le sprint français, encore renforcée par l’émergence d’Emmanuel Biron, finaliste sur 60 m aux Mondiaux en salle à Istanbul ?

Christophe Lemaitre : "Elle est très positive, surtout pour le relais. Avec l’équipe type actuelle, plus l’arrivée de très jeunes au fort potentiel, dont Mickael-Meba Zeze, et l’expérience de Ronald Pognon, nous possédons le meilleur collectif possible. Je n’y vois aucune menace, mais au contraire une motivation pour continuer à progresser".

Jimmy Vicaut : "Mon objectif n’a jamais été de battre Christophe Lemaitre, mais d’être le meilleur en France, puis en Europe, enfin dans le monde. Mais il est certain que sa présence m’aspire vers le haut".

Dans quel secteur de la course Jimmy est-il plus fort que Christophe, et inversement ?

Christophe Lemaitre : "Jimmy est nettement meilleur que moi au départ".

Jimmy Vicaut : "Sur la fin de course, il m’est largement supérieur. En faisant un mixte de nous deux, on fabriquerait une vraie machine !"

Entre le 100 et le 200 m, vers quel côté allez-vous pencher cette saison ?

Christophe Lemaitre : "Aux championnats d’Europe, je disputerai seulement le 100 et le 4x100 m. Aux Jeux, je ne sais pas encore, la décision n’est pas prise. Mais je ne doublerai sans doute pas. Avec deux jours entre la finale du 100 m et les séries du 200 m, ce serait trop risqué. Par goût, je préfère le 100 m. Mais mon choix se porterait sans doute plus sur le 200 m, où je possède le plus de potentiel d’être médaillé".

Jimmy Vicaut : "J’ai toujours privilégié le 100 m. Mais dans mon esprit, un grand sprinteur doit doubler. Cette saison, je vais donc m’essayer plus régulièrement sur 200 m, où mon record (21’’02) date de ma première année junior. Si je réalise les minima sur cette distance (20’’38), on réfléchira avec mon entraîneur à la meilleure décision à prendre.